MEGUMI MUTO

keeping learning

Grâce au soutien apporté par le bureau Japonais d’HEC, nous avons eu l’honneur de rencontrer l’alumni HEC Megumi Muto (EMBA, 2017). Nous nous sommes rencontrées (masquées !), par chance quelques jours avant que l’état d’urgence ne soit déclaré. 

 

Megumi Muto est la directrice adjointe de la recherche à la JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale). La JICA est un organisme japonais d’aide internationale qui vise à soutenir le développement économique et social de pays en voie de développement.

 

Nous avons d’abord discuté avec Megumi Muto de son parcours international, dès son enfance à El Salvador, qui l’a poussée à porter un regard curieux sur le monde, à s’interroger sur l’origine des différences entre les pays et les cultures. C’est cette curiosité et cette aptitude analytique qui l’ont incitée à rejoindre la JICA où elle poursuivra sa carrière à différents postes : Director General du Global Environment Department de JICA, Chief Representative en France et Deputy Director General pour les Philippines et le Pacifique.

 

Difficile de passer à côté du cursus académique impressionnant de Megumi Muto (un Bachelor en Économie à la Keio University, un Master en Affaires Publiques à la Woodrow Wilson School, Princeton University, un Ph.D. de la National Graduate Institute for Policy Studies (GRIPS) et un Executive MBA à HEC Paris). En interrogeant Megumi Muto sur son parcours, celle-ci nous a expliqué qu’elle n’étudiait non pas pour accumuler les diplômes, mais car elle considère les études comme un moyen d’explorer différents modes d’apprentissage pour ainsi compléter son set de compétences et saisir certaines différences culturelles. Cette soif de connaissance a également poussé Megumi Muto à compléter un Ph.D. pendant son congé maternité, un choix certes audacieux, mais qui lui a permis de montrer à son entreprise sa capacité à s’investir dans sa vie familiale tout comme sa vie professionnelle.

 

Nous avons également discuté avec Megumi Muto de notre sujet d’étude au Japon: le choix exclusif entre vie familiale et vie professionnelle. Elle nous a donné son éclairage sur ce biais culturel en nous expliquant l’idéalisme autour du concept de maternité, insinuant qu’il faudrait y consacrer tout son temps pour être une « bonne maman ». Megumi Muto aimerait que les femmes réalisent qu’elles n’ont pas besoin de faire ce choix dichotomique entre vie professionnelle et vie familiale. 

Notre projet : mettre en avant des femmes aux parcours inspirants, pouvant jouer le rôle de modèles et inspirer d'autres femmes. 

N'hésitez pas à nous suivre sur nos différentes pages et à nous soumettre vos idées et contacts !

  • White Facebook Icon