KRANTI SCHOOL, 

A HOME FOR SEX WORKERS' DAUGHTERS

De passage à Mumbai peu de temps avant le lockdown indien, nous avons eu la chance de rendre visite à l'association Kranti School qui accueille des filles de travailleuses du sexe du quartier rouge de Mumbai, Kamathipura, et les accompagne dans leur thérapie pour en faire des actrices du changement. 

 

Nous avons eu la chance de rencontrer Bani Das, co-fondatrice de Kranti et 3 des Krantikaris ("révolutionnaires" en Hindi), Jayashree, Pinky et Taniya qui sont revenues pour nous sur leurs parcours personnels et sur comment Kranti a changé leur vie.  

 

La 1ère mission de Kranti est d'offrir à ces jeunes filles un toit et une éducation. Comme dans de nombreux pays, les travailleur.euse.s du sexe restent largement stigmatisé.e.s et c'est tout leur entourage qui est exclu des services de soin et d'éducation. Jayashree, Pinky et Taniya ont toutes trois grandi dans des environnements précaires et violents auxquels Kranti School s'est présenté comme un échappatoire. 

 

Dans un deuxième temps, Kranti a pour objectif de guérir ces jeunes filles de leurs traumatismes passés, comprenant pour beaucoup des violences sexuelles. Grâce à des séances de thérapie, elles apprennent à parler de leurs expériences mais aussi à accepter d'où elles viennent et à en être fières. Le théâtre a un rôle fondamental dans le parcours des Krantikaris : chaque année, elles écrivent et jouent une pièce de théatre, Lal Batti Express, qui raconte l'histoire de leurs vies. En incarnant sur scène leur propre rôle, elles assument pleinement qui elles sont tout en déstigmatisant le travail du sexe auprès de leur audience. 

 

D'après sa co-fondatrice, Robin Chaurasiya, "the Krantikaries will become exceptional leaders - more innovative, compassionate, resilient due to their life experiences". Puisqu'elles connaissent les challenges de leur communauté Kamathipura, elles sont les plus à même de pouvoir les résoudre. Chacune à leur échelle, elles tentent de rendre à cette communauté dont elles sont fières. Le rêve de Jayashree est par exemple d'ouvrir une école dans son quartier d'origine pour contribuer à l'éducation des plus démuni.e.s. 
 

Un grand merci à toutes les 4 pour leur temps et leurs témoignages puissants. Nous avons été profondément marquées par ces rencontres, ces filles d'une immense maturité, apaisées mais déterminée à faire bouger les choses. 


Pour en savoir plus sur cette initiative 👆

Notre projet : mettre en avant des femmes aux parcours inspirants, pouvant jouer le rôle de modèles et inspirer d'autres femmes. 

N'hésitez pas à nous suivre sur nos différentes pages et à nous soumettre vos idées et contacts !

  • White Facebook Icon